Comment faire un test de paternité en l’absence du père

Le moyen le plus sûr de prouver un lien de paternité biologique entre deux personnes est d’effectuer un test ADN.  Cela consiste à analyser et à comparer l’ADN du père à celui de l’enfant. Mais que faire si le présumé père est absent ou s’il refuse de faire le test ?

Faire un test de paternité sans le père

paterniteLa paternité biologique peut être prouvée avec une précision de 99,99% grâce à un test ADN utilisant des échantillons recueillis chez l’enfant et sur le présumé père. Cela signifie que les deux sujets doivent être disponibles pour que les échantillons puissent être prélevés. Il n’y a généralement pas de raisons à ce que l’enfant ne soit pas disponible lors de test. C’est  souvent le présumé père qui ne l’est pas pour divers motifs. Dans de tels cas, le test de paternité à ADN peut toujours être effectué même sans le père.

En l’absence d’un échantillon de l’ADN du père, il est possible d’établir la paternité biologique par le biais de tests ADN sur les autres parents de l’enfant. Les grands-parents, les tantes, les oncles et les frères et sœurs de l’enfant peuvent être utilisés pour déterminer la paternité contestée lorsqu’un échantillon d’ADN du père présumé n’est pas disponible. Connu sous le nom de test relationnel, ces types de correspondance d’ADN n’ont pas réellement une valeur juridique, mais peuvent être suffisamment précis pour établir un lien de parenté avec le présumé père. Cependant, pour être utilisé à des fins juridiques, certaines procédures doivent être respectées pour que les résultats soient recevables.

Test de paternité suite à une infraction sexuelle

L’analyse ADN à réaliser pour rechercher le père d’un enfant suite à une infraction sexuelle telle que le viol, est appelée Y-STR. Cela fait référence à des répétitions à court terme de fragments de l’ADN Y d’enfants mâles, et ne s’applique donc qu’aux fils et non aux filles. En effet, le chromosome Y n’existe que chez les hommes. Lorsque les 23 chromosomes  des gamètes du sexe masculin et féminin se combinent pour créer les 46 chromosomes d’un être humain, un chromosome de chaque gamète détermine le sexe de l’individu. Les spermatozoïdes males contiennent un chromosome X ou Y (un nombre à peu près égal de chacun) et le gamète femelle n’est formé uniquement que du chromosome X, la combinaison XY est donc masculine.

Le chromosome Y ne modifie pas la lignée génétique masculine et peut donc être utilisé pour déterminer la paternité. Tout membre masculin de la lignée paternelle du père présumé peut donc être soumis à des tests de répétition à court terme de son chromosome Y afin de prouver une relation directe avec l’enfant et son père. Frères, neveux, oncles ou grand-père partageront ces mêmes répétitions.

Quand la présence du père est-elle obligatoire ?

Le lien de paternité des enfants de sexe masculin peut être prouvé aux yeux de la loi et la présence du père n’est forcément pas nécessaire. Il suffit qu’un  oncle ou un frère du présumé père accepte de donner un échantillon d’ADN pour que le test puisse se faire. Pour réaliser une telle analyse, il suffit de contacter un laboratoire accrédité et leur expliquer les circonstances. Ce dernier vous expliquera les démarches à suivre. Plus de détails sur generationadn.com

Si  des tests Y-STR sont nécessaires, le laboratoire vous informera si cela peut être réalisé ou non. D’autres options peuvent être proposées en fonction de vos besoins et de l’objectif du test. S’il s’agit d’un test juridique, le laboratoire doit effectuer toutes les démarches légales nécessaires, telles que la légalisation du prélèvement de l’échantillon et la sécurité nécessaire pour le transport vers le laboratoire.

Leave a Reply